Les psychologues se rassemblent autour d’axes primordiaux pour l’exercice de la psychologie et de leur métier.

lundi 29 septembre 2014
popularité : 4%

Les psychologues se rassemblent et appellent les pouvoirs publics à entendre leurs propositions sur des axes primordiaux qui garantiront le respect de la dimension psychlogique des patients.
Psychologuesenresistance.
............................................................................................................................
Chers collègues

Nous souhaitons vous donner un aperçu de la rencontre qui s’est tenue samedi 20 Septembre avec les syndicats et organisations de psychologues.

Celle-ci avait pour objet d’ envisager les modalités d’actions à apporter au texte de loi de santé qui doit être voté dans les semaines ou les mois à venir et de trouver un éventuel socle commun de propositions.

Le socle commun concerne les trois points suivants :

- Inscrire la dimension psychologique dans la loi de Santé : « pour une ré humanisation et contre le tout médical »

- Respecter le choix des patients : le patient doit pouvoir être reçu par un psychologue en premier recours s’il le demande

- Inscrire dans la loi l’égalité d’accès aux consultation psychologiques partout en France

Pour ce qui concerne la pétition, les coordinateurs ont fait part du positionnement de l’inter-collèges IDF discuté lors des réunions Inter collèges. En effet, au cours de ces temps d’échanges, les 7 premiers points ont suscité l’adhésion. Par contre, de fortes réserves ont été formulées concernant les trois derniers points énoncés. Pour une majorité, ces points apparaissent comme des éléments qui divisent la profession plutôt qu’ils ne la rassemble. C’est pourquoi, il a été précisé que ces points devraient d’abord donner lieu à de sérieux débats.

Il faut noter que ces réserves ont été entendues lors de la réunion avec les syndicats mais n’ont pas pu faire l’objet d’un changement, la pétition étant déjà en circulation.

Si l’ensemble des personnes présentes ont entendues les réserves formulées par l’Inter-collèges, il a été néanmoins exprimé par certains que le nombre de signataires paraissait finalement plus important que le contenu. Nous tenons à rappeler ici que les Inter-collèges sont avant tout des lieux de débat et n’ont pas vocation à donner de consignes quelles qu’elles soient. Il appartient à chacun de décider selon ses choix.

Il est à noter que la mobilisation syndicale s’orienterait plutôt vers une action type "lobbying" auprès des parlementaires et non pas vers une nouvelle manifestation . Par contre, les modalités de cette action auprès des élus n’ont pas été discutées.

Le dernier temps de la réunion a été consacré à la question de la gratifications des stages. Il existerait des budgets à l’ARS (nommés FIR : Fonds d’Investissements Régionaux) susceptibles d’être utilisés pour les gratification des stages de M2.

En ce qui concerne la rencontre qui a eu lieu avec D. Robiliard et les coordinateurs le mardi 23 septembre, nous vous en ferons parvenir ultérieurement le compte rendu dès que possible.

Bien cordialement

Martine Vial-Durand et Nathalie Zottner

Pour l’Inter collèges IDF

Pétition à signer : la profession de psychologue est en danger !

Dans la prochaine loi de santé, au vote début 2015, le psychologue n’existe plus ! Pourtant, tout est posé dans le premier article qui ouvre toutes les déclinaisons possibles des interventions des psychologues, quels que soient les champs, les modalités et temps d’intervention. Alors que se passe-t-il ? Les justifications données sont tellement de l’ordre de la provocation qu’elles en deviennent particulièrement inquiétantes : Vous n’êtes pas médecins, vous n’avez pas voulu être intégrés dans les professions paramédicales, alors vous n’avez rien à faire dans une loi de santé. Et, instantanément, le soin psychique est évacué, on pourra en décliner les formulations, mais le résultat est là. Ou risque d’être définitivement là demain. Exit la relation dans le soin, le travail avec les équipes, la demande est à la technicité et à l’efficacité.

Ce 20 septembre, une réunion s’est tenue regroupant des représentants d’un nombre très impressionnant d’organisations professionnelles, de syndicats, de collèges de psychologues, le SIUEERPP, etc., pour cerner précisément les modalités d’actions possibles et les demandes de modification de la loi à obtenir avant le vote, afin que, certes, notre profession s’en trouve protégée, mais, avec elle, des principes fondateurs de notre société comme la liberté d’accès aux soins pour tous, le libre choix, la prise en compte du sujet et de son psychisme et son importance quels que soient les lieux, cadres et domaines de sa vie. Parce que la ministre le précise elle-même : cette loi ne concerne pas seulement l’hôpital et veut amener à sortir de l’établissement au profit d’une logique de parcours. Les conséquences seront plus graves encore si le rôle des psychologues est évacué ! C’est bien toute notre profession, quel que soit le domaine d’intervention, qui est concernée.

Cette pétition est une première étape, celle qui donnera du poids à toutes les démarches qui s’ensuivront. Elle dira notre mobilisation solidaire et unifiée. Au nom de la profession de psychologue, et au nom de tous nos concitoyens au bénéfice de qui nous destinons nos actions.

Delphine Goetgheluck

Journal des psychologues


Signer La Pétition en cours

 


Chers collègues,


Voici en quelques points résumée l’actualité de la profession :


Samedi dernier, le 20 septembre 2014, une quarantaine de psychologues représentants différentes organisations de la profession, se sont rassemblés à Paris , à l’initiative entre autre de L’Unsa santé sociaux, du Siueerpp du SNP qui depuis le mois de juillet 2014 travaillent ensemble : cf les documents ci dessous que je vous ai déjà transmis :


- le premier communiqué de l’UNSA publié le 16 juillet dans Hospimédia ,"Psychologue à l’hôpital, une profession menacée" -suite à la dernière réunion à la DGOS,
- réponse de la DGOS à ce communiqué le 22 juillet
- communiqué commun UNSA, Siueerpp, SNP, CFDT, en réponse à la DGOS :c’est dans ce communiqué que nous appelions les psychologues à se rassembler à Paris le 20 septembre 2014, avec comme objectif de définir des moyens d’action à mettre en oeuvre pour inscrire dans la future loi de santé la place des psychologues et de la psychologie .


Samedi dernier étaient présents des psychologues issus de ces organisations : UNSA santé sociaux, Siueerpp, SNP, inter collège Ile de France (qui réunit maintenant des inter collèges d’un certian nombre de région , dont l’Alsace), FFPP, CGT, CFDT et CFTC.


Une pétition a été lancée dans le même temps à l’initiative de certaines de ces organisations : "Pétition nationale pour la profession de psychologue et la psychologie en France ." (je n’arrive pas à faire un lien direct, pour y accéder taper dans la barre google tout l’énoncé !!, ça vous redirigera ou directement dessus ou sur le site du SNP ou sur celui de psychologue en résistance )


A ce jour la pétition a été signée par environ 4000 personnes , plus elle sera signée, plus nous aurons de poids dans les négociations à mener, faites la circuler à vos contacts, collègues, pour recueillir toujours plus de signatures.


Extrait du CR fait par J. Borgy : suite à la réunion du 20 septembre


Au delà des divergences de vue inévitables et prévisibles nous avons réussi :


 A nous mettre d’accord pour faire signer le plus massivement possible la pétition nationale pour la profession de psychologue et la psychologie en France lancée par cinq organisations (SNP, CFDT, UNSA, CFTC, SIUEERPP).
 A dégager 3 points forts sur lesquels nous pouvons nous appuyer ensemble, en plus des options particulières à chaque organisation, pour faire entendre la voix de la profession et sensibiliser les acteurs de la vie politique en vue de la discussion du projet de loi de santé :


 Inscrire dans la loi relative à la santé la dimension psychologique nécessaire aux prises en charge médicales, sociales, éducatives, judiciaires, etc. afin de promouvoir des conditions de vie favorables à la santé dans tous les lieux de vie ( en italique, citation extraite du projet de loi).
 Reconnaître à toute personne un droit d’accès en premier recours à des consultations psychologiques auprès du psychologue de son choix.


 Inscrire dans la loi l’égalité d’accès, sans discrimination financière, aux consultations psychologiques pour tous, que ce soit dans le public ou en libéral.


Un mouvement de rassemblement de la profession est en train de se créer, au delà des divergences de ces différentes organisations, qu’il va falloir poursuivre, développer et qui a comme centre la défense de la prise en compte de la singularité dans le système sanitaire français. Ce mouvement va au delà de la seule lutte corporatiste de la profession et concerne la défense de la clinique et la place des sciences humaines à l’hôpital.


Merci de faire circuler ces informations le plus largement possible auprès de vos collègues, au sein de vos établissements et ou organisations, associations, auprès des étudiants en psychologie , il est important que les psychologues soient au courant de ce qui se joue actuellement et qui concerne leur avenir.
Plus nous saurons nous rassembler, plus nous pourrons porter des propositions cohérentes aux politiques qui sont en train d’écrire la prochaine loi de santé.


Roxane Meziane. Unsa


 


 


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

7 juillet - 400 millions $ par an pour la psychothérapie

400 millions $ par an pour la psychothérapie
samedi 27 juin 2015
par psycho
popularité : 3% (...)

22 janvier 2013 - Le décret du titre de psychothérapeute pour les nuls : une loi d’exception !

Sur le Forum du Manifeste des Psychologues Hospitaliers
un avis argumenté de P (...)

14 décembre 2012 - Pétition initiée par le Collectif des 39

PETITION : Le changement est indispensable en psychiatrie pour une éthique de l’hospitalité (...)

27 janvier 2012 - A diffuser sans modération.

L’intercollège des psychologues d’IDF s’expriment.
Sur le forum du manifeste des psychologues (...)

24 novembre 2011 - Agnès : peut-on se fier aux expertises psychiatriques ?

Par Alexandra Guillet , le 23 novembre 2011 à 19h00 , mis à jour