Plan autisme 3 – commentaire sur la lettre de Mme Mireille Battut. Par Collectif des 39

, popularité : 3%

Formidable succès des Assises et du meeting
signez la pétition
L’appel des 1000
pour un autre plan AUTISME 2013 POUR LE RETRAIT DE LA RECOMMANDATION DE L’HAS SUR L’AUTISME

Voici une lettre (http://www.collectifpsychiatrie.fr/?p=6824) dont le ton est celui qui convient au regard de la violence des attaques du lobby comportementaliste, et des abus de pouvoir répétés des instances gestionnaires. Elle situe le débat non pas en termes de savoirs comme c’est le cas le plus souvent – fut-ce le savoir des autistes « eux-mêmes » ou le savoir des parents – mais en termes de choix de société. La prétention de groupes, quels qu’ils soient, à dire la vérité pour tous est toujours le signe de la haine de la démocratie dont parle Rancière. Ce texte réintroduit la politique dans la prétendue dispute de La science opposée au soi-disant conservatisme de professionnels ringards attachés aux valeurs du passé. La politique, c’est le conflit des argumentations où nul ne peut prétendre parler au nom de tous.
La force de cette lettre, c’est qu’elle prend parti et du coup permet de débattre. Je m’appuie sur sa lecture pour souligner ce qui me semble l’essentiel. Sous couvert d’universalité (« l’autisme », « la » science, « l’intérêt commun ») il y a bien une politique de privatisation générale du champ, soutenue voire organisée par des lobbys puissants. Certaines associations de parents sont ici utilisées, instrumentalisées, en connaissance de cause ou pas, peu importe. Ce sont ces lobbys puissants – aux cotés desquels on rangera certains secteurs intéressés de l’Université et de l’industrie pharmaceutique, qui ont trouvé leur porte voix dans la personne de certains hérauts ministériels. C’est que l’immense marché de « la dépendance » est un secteur prometteur, où s’investissent les services (privatisés) d’aide à la personne et les prescripteurs de psychotropes. La promotion de réponses fragmentaires (par exemple les services des aides à domicile ou à l’école) marche du même pas que la mise en cause des services publics.

Un des aspects de cette politique consiste donc dans la mise en cause et la destruction des professionnalités, ce que l’on a vu sous Sarkozy sous le vocable de l’attaque des « corps intermédiaires ». Contre la complexité des métiers, le pragmatisme qui se déclare athéorique (« ça marche », les chiffres le disent) constitue le cheval de Troie de la domination du marché. Les professionnels pensent se défendre en y opposant leurs savoirs, leurs pratiques, leur histoire, mais leur « bonne volonté » est battue en brèche, car leurs interlocuteurs ne se situent pas du tout dans le même registre. Croire que c’est en montrant la qualité de nos élaborations que nous allons convaincre les artisans d’une telle politique est une illusion que nous risquons de payer cher.
Malheureusement, la complicité de nombreux politiques (ou bien leur cécité) ne contribue pas à placer le débat sur son juste terrain. C’est que très souvent ils sont gestionnaires (purs gestionnaires des collectivités locales, dès lors qu’ils passent à la trappe le concept de service public) et sont assaillis de « réponses techniques » proposées par les marchands de toutes sortes (et ceci jusque dans les antichambres ministériels, certaines affaires récentes ont montré jusqu’où cela pouvait aller). Ainsi un monde bascule, sans que l’on en prenne la mesure. Par exemple « l’aide à la personne » constitue dans ses termes même le programme d’une extraordinaire régression au regard de la notion de solidarité. Le « service », est proposé en kit bon marché ; qui résisterait à une telle simplification de la gestion ? Le management de l’entreprise diffuse dans le social, au titre des politiques dites de « santé mentale ».
Tous les professionnels sont à ce titre nécessairement des emmerdeurs, avec leur habitude de couper les cheveux en quatre (i. e. de réfléchir à leur métier), et de faire valoir leur qualification, c’est à dire leur manière de prendre en compte la complexité du réel. Circulez il n’y a rien à penser, les réponses sont préformées, disponibles pour pas cher. La phase actuelle du libéralisme se caractérise par une attaque frontale des solidarités au profit des attributions d’aides personnalisées. Comme l’ont montré Dardot/Laval et bien d’autres, le néolibéralisme n’est pas la loi du laisser faire du marché mais l’utilisation déterminée de l’Etat pour sa propre destruction. Nous l’avons sous nos yeux : HAS, ARS etc sont des machines gestionnaires visant à détruire les régimes historiques de solidarités qui constituent la sédimentation des luttes du passé.

La démocratie version néolibérale, c’est la destruction de tous les obstacles à l’extension du marché.

C’est à ce titre que les métiers sont des obstacles à la logique de circulation généralisée. Ce qui est vrai et bon c’est ce qui circule plus : cf Google ou le classement des revues selon leur impact factor. Le néolibéralisme, on l’a souvent remarqué, présente d’étranges ressemblances avec la bureaucratie totalitaire. La science d’Etat est ici (dans les propos de Madame Carlotti) incroyablement revendiquée. Du haut de sa position de représentante de l’Etat et de garante de l’interêt commun, cette dame prétend distinguer la vraie science, c’est à dire celle qui convient à sa politique. Qu’elle fasse un choix se conçoit, évidemment, mais qu’elle le fasse non pas au nom d’une politique mais d’une vérité de La science est d’une gravité dont il faut s’étonner qu’elle ne fasse pas réagir, bien au delà de nos cercles professionnels. Ce serait drôle si le passé ne nous avait pas montré que ce pouvait être sinistre. Sans rire : Les pédopsychiatres seraient donc tous fervents de la psychanalyse ? pas de problème, supprimez les ! Remake de la fameuse formule brechtienne je crois, le peuple ne veut plus du tyran, pas de problème, changez le peuple !

On se souvient qu’il y a peu, les historiens sont montés au créneau car certains sujets devenaient interdits, au nom de la mémoire des victimes. La conflictualité de la recherche et des pratiques est ici virtuellement supprimée, circonscrite. Mais alors, on s’interroge : comment la science avance-t-elle ? Sous le jugement de quelle haute autorité du pouvoir ? Science d’Etat, art d’état, mémoire d’Etat…

Comme sur les photos, on voudrait effacer les personnages indésirables et réécrire l’histoire de la science (avec ses passions violentes, la guerre des laboratoires etc) et des arts, (les violentes polémiques des écoles de peinture, de poésie, de … psychanalyse).

Normez-moi tout ça, je vous prie, au nom de la lutte contre les charlatans. Le petit problème, voyez-vous, c’est que ça ne marche pas comme ça. Le problème, c’est que le fait humain comme tel est conflictuel. Supprimez le conflit, vous vous supprimez la pensée, vous supprimez la vie.

Nous sentons bien que la culture politique elle-même est ici profondément menacée, et que dans cette spirale morbide, ceux là même qui sont mis en position de l’incarner (les « élus ») peuvent être fascinés par le soulagement que procure le discours d’experts et de tous ceux qui disent détenir les solutions qu’ils prétendent « d’évidence ».

Là où les élus se trouvaient confrontés à la complexité et à la conflictualité, voici la certitude des expertises, prétendument authentifiées par la vox populi (les fameux « usagers »). Plutôt que faire face par exemple à l’extrême complexité de situations d’enfants dits autistes et devoir interroger concrètement la manière dont la collectivité comme telle et au delà la culture lui fait une place, il est tentant de croire à la solution autoproclamée de pratiques standardisées et labellisées. Quitte à ce que la « collectivité » mette sérieusement la main à la poche !

Le problème c’est dans une telle logique c’est la mort du politique comme tel qui est ainsi programmée. Le paradoxe, c’est que les politiques peuvent s’y précipiter. Certes, nous savons que l’on peut se vouer à sa propre mort, selon la pulsion du même nom. Mais nous savons aussi que la servitude pour être parfois volontaire, n’est pas obligatoire ; le livre de La Boétie en témoigne, dans sa lucidité.

La seule voie est donc, avec d’autres, de mettre en cause cette gangrène du discours expert, c’est à dire de restaurer la conflictualité politique. « Vivre ensemble », est affaire de choix. Tout ne se vaut pas, au delà des « solutions techniques ». Vivre ensemble, avec des personnes dites autistes, est une question pour tous, et sans garantie de réponse, en vérité.

Franck Chaumon

Navigation

AgendaTous les événements

octobre 2018 :

Rien pour ce mois

septembre 2018 | novembre 2018

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur