…mais est-ce la fin de l’hôpital de Saint Alban ?

dimanche 21 juin 2015
par  psycho
popularité : 4%

Le Centre Hospitalier François Tosquelles, à Saint Alban sur Limagnole en Lozère, est connu et reconnu non seulement par ce moment historique qui, après-guerre, a bouleversé la psychiatrie française et la vie asilaire mais aussi parce que son traitement institutionnel des psychoses, et les effets et conséquences qui s’en suivent, constituent à ce jour un outil thérapeutique d’une grande pertinence. Certains, et non des moindres, ont pu dire qu’ « heureusement qu’il y a eu St Alban pour donner une dignité à la psychiatrie française » pendant la seconde guerre mondiale. Ce souffle novateur a pris le nom de « Psychothérapie Institutionnelle » dans un moment où la conjoncture sociale et politique ne s’y prêtait guère et a su se prolonger malgré les difficultés multiples et protéiformes que nombre d’initiatives rencontraient. À ce propos, François Tosquelles a pu dire « L’occasionnelle conjoncture politique se montre paradoxalement toujours ouverte à l’espoir. »
…mais est-ce la fin de l’hôpital de Saint Alban ?
Aujourd’hui, alors que l’hôpital est implanté en divers endroits, dans le département ce moins peuplé de France, qu’en est-il de ce souffle ?
Février 2015, arrivée d’une nouvelle direction.
Le tempo est donné : l’hôpital psychiatrique de St Alban, « entreprise comme les autres », avec son économie de gestion et son augmentation de la productivité, reçoit son coup de grâce.
Modèle paradoxal où tout se trouve standardisé, nous sommes dans le « tout normé », il faut « séquencer » les opérations de travail tout en proposant un service exclusif et personnalisé devant respecter la singularité de chacun.
Dans ce système mis en place seule la logique managériale prévaut.
Et c’est une performance financière que doit réaliser l’hôpital cette année : 900 000 euros d’économie (dont 300 000 euros de débasage) ; des éclaircissements ont été demandés par le conseil de surveillance.
Pris en otage par cet « endettement », l’hôpital doit dégorger du « cash » ; et le « cash » pour un hôpital psychiatrique c’est les soignants : non renouvellement des départs à la retraite, récupération de 23 équivalents temps pleins…
La direction propose de mutualiser les moyens (humains, cela va sans dire…), ce qui s’apparente plus à une compression des effectifs qui ne stoppe pas l’hémorragie mais qui l’accélère par la suppression de perspectives.
D’autant plus que notre département ne facilite en rien cette politique… Petit extrait du quotidien : ici, c’est en temps que nous évaluons les distances kilométriques,
- Marvejols à 35 min de St Alban
- Florac à 1h30 de St Alban
- Langogne à 1h de St Alban
- St Chély à 16 min de St Alban
- Mende à 45 min de St Alban.
Pour vous donner une idée plus précise, une visite à domicile peut prendre une demijournée
dont les 2/3 sur des routes dites sinueuses voire vertigineuses, en Lozère.
Nous sommes à flux tendu et en manque d’avenir.
L’équation est simple : diminuer le nombre d’employés abaisse les dépenses et donc
augmente le profit (économique).
Mais y a-t-il moins de patients ou sont-ils abandonnés ?
C’est donc toute une organisation du travail qui est saccagée, comme le décrit le personnel
de St Alban :
- Réduction de 40% du budget thérapeutique
- Réduction de 40% de l’enveloppe des supervisions
- Fermeture des hôpitaux de jour adultes, enfants du site de Florac
- Licenciement des accueillants familiaux thérapeutiques à échéance de
juin 2015
- Validation de la fermeture des hébergements alternatifs à
l’hospitalisation (maisons communautaires, appartements
thérapeutiques)
- Remise en cause des liens du C.H.F.T. et de l’association Société
Lozérienne d’Aide à la Santé Mentale
- Fermeture de la crèche du personnel : mort entérinée pour cet été
- Fermeture de l’unité C.D.R. (Centre de Réadaptation) à St Chély :
« interface entre les unités de soin et la réinsertion ouvrant à la
réadaptation sociale et / ou professionnelle » : mort annoncée pour
octobre 2015
Nous sommes dans l’antichambre de notre propre liquidation .
Impression qu’il n’y a rien à faire, que tout le monde est pris à la gorge.
Sentiment accentué par l’isolement des individus qui n’auront d’autres choix que de se
soumettre.
On se rencontre moins, on piétine.
La direction assène un discours et un vocabulaire de management et trouve même des services qui « descendent » d’autres services, collaborant par là même au démembrement de l’hôpital.
Dans ce climat qui pourrit, cette ambiance délétère, chaque salarié doit proposer des idées pour améliorer son poste, chaque unité des idées pour améliorer son service, sa méthode pour organiser sa douce agonie, en tout cas silencieuse.
C’est dans ce suprême déni du soin et mépris des soignants que nous baignons, et l’Association Culturelle du Personnel en est touchée de plein fouet, tout comme la majorité des hôpitaux psychiatriques de France.
Comment se mobiliser pour résister à cette machine infernale ?
Qu’en est-il de notre socle commun, de nos valeurs éthiques et politiques ?
Qu’en est-il de la valeur humaine de la folie ?
« Où commence et où finit la clinique ? »
L’ Association Culturelle du Personnel de St Alban.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

7 juillet - 400 millions $ par an pour la psychothérapie

400 millions $ par an pour la psychothérapie
samedi 27 juin 2015
par psycho
popularité : 3% (...)

22 janvier 2013 - Le décret du titre de psychothérapeute pour les nuls : une loi d’exception !

Sur le Forum du Manifeste des Psychologues Hospitaliers
un avis argumenté de P (...)

14 décembre 2012 - Pétition initiée par le Collectif des 39

PETITION : Le changement est indispensable en psychiatrie pour une éthique de l’hospitalité (...)

27 janvier 2012 - A diffuser sans modération.

L’intercollège des psychologues d’IDF s’expriment.
Sur le forum du manifeste des psychologues (...)

24 novembre 2011 - Agnès : peut-on se fier aux expertises psychiatriques ?

Par Alexandra Guillet , le 23 novembre 2011 à 19h00 , mis à jour