Rapport de l’IGAS : des propos inacceptables !...

, par  psycho , popularité : 6%

Rapport de l’IGAS : des propos inacceptables !
 

Bonjour,

Vous avez sans doute reçu et pris connaissance du rapport de l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales) commandité par le ministère de la santé (voir pièce jointe).

Ce rapport est scandaleux. Il discrédite l’ensemble de la profession, il insulte tous les psychologues, et tous ceux qui les forment, mais aussi tous les citoyens en situation de souffrance psychique – quelle qu’elle soit – qui font appel ou qui sont aidés par des psychologues. Ce mépris est intolérable.

La volonté des Pouvoirs Publics de mettre les psychologues sous la tutelle du pouvoir médical est une fois de plus démontrée, revendiquée et affirmée. Si l’on en croit les auteurs du rapport, il est temps que la médecine vienne mettre de l’ordre dans la formation et dans la profession de psychologue ! Même les stages devraient être supervisés par un médecin !

Le discours de ces « experts » s’appuient sans vergogne sur le fait qu’un grand nombre de psychologues libéraux ont accepté de participer à l’expérimentation, en cours dans plusieurs régions, sur le remboursement des psychothérapies faites par des psychologues, expérimentations qui sont réalisées dans des conditions inadmissibles, avec prescription médicale, contrôle médical, contrôle des patients et des moyens utilisés, paiement dérisoire, etc. Rien n’est dit sur les raisons qui ont poussé ces praticiens à accepter ces conditions, sur la grande précarité salariale des psychologues qui a conduit certains à participer à ces expérimentations sans mesurer l’étendue du piège dans lequel ils ont été mis.

Les clivages sur lesquels joue et que favorise ce rapport, le discrédit jeté sur les compétences des psychologues cliniciens, vont considérablement nuire aux liens entre les psychologues eux-mêmes, mais aussi aux liens avec leurs collègues médecins psychiatres, liens pour lesquels il serait bien plus judicieux de promouvoir et veiller sur les conditions d’une collaboration solidaire, paisible et respectueuse.

Dans ce rapport, aucune des revendications de la profession n’a été reprise, aucune n’a été entendue :

- la demande d’une revalorisation de la profession, avec un titre à un niveau doctorat : on passe, dans les recommandations des « experts », d’un doctorat à un DU ! Avec évidemment un contrôle pour un formatage aux pratiques convenables, « scientifiques » !

- la demande d’un doctorat pour tous les psychologues : on recommande un DU uniquement pour les psychologues « cliniciens » ! Les autres ne faisant pas de soin ne sont pas dangereux, auraient-ils d’ailleurs encore besoin d’un titre protégé ?

- la demande d’un accès direct et libre aux psychologues : tout est verrouillé par un hypercontrôle médical et administratif !

- la demande du respect de la liberté des psychologues à utiliser les outils qui sont les leurs, inhérents à leur formation et à leur expérience, et qui n’ont plus à prouver leur efficacité depuis bien longtemps : seules certaines approches « conformes » sont reconnues !

La seule proposition retenue est celle concernant le Code de déontologie. Mais un tel mot sous la plume de ceux qui sont aussi méprisants à l’égard de la profession ne peut être que suspect, et faire craindre que celle-ci ne soit retournée contre les intérêts des psychologues.

Aucune des recommandations de ce rapport n’est acceptable, aucune des conclusions n’est admissible.

Si le ministère de la santé et le ministère de l’enseignement supérieur se mettaient à suivre ces recommandations, ce serait une catastrophe pour l’ensemble de la profession et pour tous les citoyens qui ont besoin des psychologues.

Il va falloir que la profession se mobilise fortement et se fasse entendre.

Un des arguments, parmi bien d’autres, utile et aidant pour que la profession soit écoutée et entendue, serait que la pétition pour l’accès direct et libre aux psychologues soit massivement signée. Il est urgent de la signer, et de la diffuser largement auprès de nos collègues, de praticiens divers, auprès des étudiants, et auprès du public, des citoyens.

Je vous redonne le lien : Pétition pour l’accès direct aux psychologues

N’hésitez pas à signer et à diffuser autour de vous.

Un autre élément qui donnerait du poids serait que les psychologues rejoignent massivement les organisations professionnelles représentatives qui défendent la profession. Plus le nombre d’adhérents sera fort et plus grande sera la légitimité de ces organisations à exiger d’être écoutées et entendues, afin que les psychologues soient respectés, puissent travailler sereinement et vivre dignement de leur travail sans être asservis ni instrumentalisés.

Il va sans doute falloir s’engager dans des actions fortes dans les semaines qui viennent, auprès du ministère de la santé et du ministère de l’enseignement supérieur, si l’on veut stopper ce sabotage de la profession.

Merci à vous et bien cordialement.

 

Albert Ciccone

Voir en ligne : petition

Navigation

Publications Derniers articles publiés

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur